Muscle DysmorphiaDysmorphie Musculaire

Dysmorphie Musculaire
Muscle Dysmorphia

What’s up lifters? today I’d like to talk about a relatively unknown disorder: muscle dysmorphia. This disease mainly affects men and more occasionally women. 14% to 53% of sportsmen in the world would be suffering from muscle dysmorphia.

What is it?

This is actually an obsession: to always want more muscle with as little fat as possible. Moreover, muscle dysmorphia is also called reverse anorexia because it is in fact the opposite behavior of anorexia.

The individual suffering from the disease sees himself as fat or skinny, but with little or no muscle at all whereas it is not the case. His conception of himself is different from reality. He has an altered vision of his body.

This negative self-image will lead the individual (while already muscular) to do anything to change his physique. But as he is unable to see himself properly, he will always want more.

And unfortunately, this desire to always have more muscle will impact two major things: training and diet.

Training

In order to have the biggest muscles possible, the sportsman will push his workouts to the limits.

Whether by training with too heavy weights or simply the lack of recovery, the individual is widely exposed to injuries.

The other problem is that the person is going to feel very bad if he missed a workout. So there is a vicious circle.

Finally, the workout is more important than anything else. Family reunion, hanging out with friends or simply rest, nothing will be more important than training.  The sportsman with muscular dysmorphia will always put his workout first even if it means sacrificing his social life.

Food

This is another important parameter that will be affected by the disease.

The quest for the perfect diet is going to become obsessive and compulsive to the point of becoming dangerous. Since the goal is to gain as much muscle as possible while losing all the fat, the individual will take very little fat and strongly increase (even too much) his protein intake.

The sick person will try to get leaner all year long which can be harmful for his health on the long-term.

If only that was the end of it! sometimes, even with a great diet, the bulking is not enough for the sick person. It is then very common to see the sportsman using steroids or other doping substances to gain more and more muscle.

Causes of the Disease

They are largely assimilated to nowadays society. In fact, men have now become objects. Society is showing us the image of a tall and muscular man with the famous 6 pack abs.

You just have to watch new movies or fashion magazines to be convinced. You will only see men with well-defined muscles.

There is also another phenomenon: when a man thinks that women are only looking for male with muscles – which is not really the case. You can make the experience at home: show a very muscular athlete to a girl and there’s a good chance she’ll say it’s too much!

Finally, muscle dysmorphia can be caused by a complex experienced by the person when he was young. For example being overweight or underweight and his classmates made fun of him. It definitely can push the individual towards the quest for the perfect body.

How to Recognize the Disease

The sick person suffers from a compulsive and obsessive behavior toward his diet and his training. He will feel very bad if he eats too much fat or miss a workout.

And here is the problem! I am sure that if you are a hardworking lifter you are thinking ‘Dammit, that’s me!’

So what does that mean? are we all suffering from muscle dysmorphia?

It is true that someone who is seriously into bodybuilding will always pay attention to his diet in order to lose as much fat as possible. We are also always looking over muscle growth not necessarily in quantity but in terms of quality.

We go to gym every day without missing a single session in order to avoid feeling bad.

As you can see, it’s very hard to differentiate a normal athlete from a person suffering from muscle dysmorphia. I think that the limit lies in the extremism and more importantly on the image we have of ourselves.

Final Word

Bodybuilding is a passion, a mindset, a lifestyle. Paying attention to your diet, training hard and never giving up with the risk of sacrificing other things in life (hanging out with friends, video games …) should not be considered as a disease.

In this case, anyone who has a passion is sick. I don’t understand why anyone having the same kind of behavior (putting his passion first, missing a night out with pals) with another hobby would be different from someone who practices bodybuilding.

I don’t understand either why the obsessive side to achieve your goals should be seen as a sign of disease!!! To me, whatever goal you are trying to reach requires a certain kind of obsession, dedication and perseverance.

And it’s this little thing that differentiates those who achieve their dreams and those who don’t!

I think that falling into the extreme, do not have a good self-image and put his passion at all costs before his family, are signs of the disease.

As long as you feel good about yourself, about your life and you know your priorities, we should not speak of muscle dysmorphia.

I would really like to know what you think about that matter and I invite you to discuss the subject in the comments section.

Have a good day my dear lifters!

Sources :

Dysmorphie Musculaire
Dysmorphie Musculaire

Quoi de 9 les fonteurs? aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un trouble obsessionnel assez méconnu : la dysmorphie musculaire. Cette maladie, car elle est considérée comme telle, toucherait essentiellement les hommes et plus rarement les femmes. Entre 14% et 53% des sportifs dans le monde en souffriraient.

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit en fait d’une obsession, celle de toujours vouloir plus de muscles avec le moins de gras possible. D’ailleurs, la dysmorphie musculaire est aussi appelé anorexie inversée car il s’agit en fait du comportement inverse de l’anorexie.

L’individu souffrant de la maladie se voit gros ou maigre mais avec peu ou pas de muscle alors que ce n’est pas le cas. Sa conception de lui-même est différente de la réalité. Il a une altération de la vision de son corps.

Cette image de soi négative va conduire l’individu (alors qu’il est déjà bien musclé) à tout faire pour changer son apparence. Mais comme il est incapable de se voir correctement, il va toujours vouloir plus.

Et malheureusement, cette volonté de toujours avoir plus de muscles va impacter deux choses majeurs : l’entrainement et l’alimentation.

Entrainement 

Afin d’avoir les plus gros muscles possibles, le sportif va chercher à pousser ses entrainements au maximum.

Que ce soit par les poids utilisés (trop lourds) ou simplement le manque de récupération, l’individu s’expose très largement au risque de blessure.

L’autre problème est que l’individu va se sentir très mal dans sa peau s’il a manqué un entrainement.  Il y a donc là un cercle vicieux.

Enfin, l’entrainement prime avant toute chose. Que ce soit un repas de famille, une sortie entre pote ou simplement se reposer, le sportif atteint de dysmorphie musculaire mettra toujours en premier son entrainement quitte à sacrifier sa vie sociale.

Alimentation

C’est l’autre paramètre important qui va subir les conséquences de cette maladie.

La recherche de la diète parfaite va devenir obsessionnelle voire compulsive au point de devenir dangereux. Comme le but est de gagner le plus de muscles possible tout en perdant le plus de gras, l’individu va réduire au maximum son apport en lipide et augmenter très fortement (même trop) son apport en protéine.

L’individu va se retrouver en période de sèche prolongée qui peut être nuisible pour sa santé sur le long-terme.

Et si ce n’était que ça ! parfois, même avec une bonne alimentation, la prise de muscle peut ne pas être suffisante pour l’individu en question. Il est alors fréquent de voir le sportif atteint de la maladie utiliser des stéroïdes ou autres substances dopantes afin de prendre toujours plus de muscles.

Les Causes de la Maladie

Elles sont grandement assimilées à notre société d’aujourd’hui. En effet, les hommes sont aujourd’hui devenus des objets. L’image de l’homme que nous renvoie la société est celle d’un grand mec musclé, avec le fameux 6 packs.

Il n’y a qu’à regarder les films d’aujourd’hui ou les différents magazines de mode pour s’assurer de la chose. Vous ne verrez que des hommes avec des muscles saillants et bien dessinés.

Il y a aussi un autre phénomène : celui de l’homme qui pense que la femme recherche uniquement un homme musclé – ce qui n’est pas vraiment le cas. Vous pouvez faire le test chez vous en montrant un athlète très fortement musclé à une fille et il y a de fortes chances qu’elle vous dise que c’est trop !

Enfin, la dysmorphie musculaire peut être causée par un complexe vécu par la personne étant plus jeune. Par exemple être en surpoids ou trop maigre et avoir été ridiculisé  par ses camarades peut pousser l’individu vers cette recherche du corps parfait.  

Comment Reconnaitre la Maladie

Le malade souffre d’un comportement obsessionnel voire compulsif envers son alimentation, son entrainement au point de se sentir vraiment mal dans sa peau s’il mange un peu trop gras ou loupe une séance.

Et c’est bien là le problème ! je suis persuadé que si vous êtes un fonteur assidu, vous vous dites ‘Merde, mais c’est tout moi ça !’

Alors qu’est-ce que ça veut dire ? que nous souffrons tous de dysmorphie musculaire ?

Il est vrai que quelqu’un qui fait de la musculation sérieusement va toujours faire attention à son alimentation afin de perdre le plus de gras possible. Nous sommes aussi toujours à la recherche de plus de muscles pas forcément en quantité mais en qualité.

Nous allons à la salle tous les jours, sans manquer un entrainement dans notre programme pour éviter de nous sentir mal dans notre peau…

Comme vous pouvez le voir, il est donc très dur de différencier un sportif ‘normal’ d’un sportif atteint de dysmorphie musculaire. Et je pense que la limite se trouve dans le coté extrême de la chose mais surtout de l’image qu’on a de soi.

Le Mot de la Fin

La musculation est une passion, un état d’esprit, un mode de vie. Contrôler son alimentation, s’entrainer dur et ne jamais lâcher au risque de sacrifier d’autres choses de la vie (telle que sortie, jeux vidéo…)  ne devrait pas être considéré comme une maladie.

Dans ce cas, quiconque a une passion est donc malade de quelque chose. Je ne vois pas pourquoi quelqu’un qui aurait le même type de comportement (mettre sa passion en premier, louper une sortie entre potes) avec un autre hobby serait diffèrent de quelqu’un qui pratique la musculation intensivement.

Je ne vois pas non plus en quoi le coté obsessionnel d’atteindre ses objectifs devrait être considéré comme un signe de maladie !!! Selon moi, atteindre un objectif quel qu’il soit demande une certaine sorte d’obsession, de dévouement et de persévérance.

Et c’est ce petit truc qui différencie ceux qui atteignent leur rêve et ceux qui ne les atteignent pas.

Je pense que tomber dans l’extrême, ne pas avoir une bonne image de soi et mettre sa passion à tout prix avant sa famille sont les signes de la maladie.

Tant que vous vous sentez bien dans votre peau, dans votre vie et que vous connaissez vos priorités, on ne peut pas parler de dysmorphie musculaire.

J’aimerais vraiment savoir ce que vous en pensez et je vous invite à débattre du sujet dans les commentaires.

Passez une bonne journée mes chers fonteurs !

Sources :

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Menu Title